UNE SOIREE A OUBLIER .

Publié le par FRED

 

JA DAX              1

PESSAC             1

 

DAX-PESSAC-003.JPG

                        Un systéme défensif jadiste parfaitement au point pendant le premier acte

 

A la fin du premier acte , les deux équipes s'étaient quittées sur un score de parité .

Les jadistes avaient pris la rencontre par le bon bout en se montrant dès le coup d'envoi très présents dans tous les duels . Mieux encore , en monopolisant le ballon , grâce entre autres à une prestation aboutie de Duchatel , repositionné dans l'entre-jeu . Cette domination locale amena plusieurs situations chaudes devant le but girondin mais par manque d'application dans le dernier geste le score resta vierge jusqu'à la demi-heure de jeu . Il faut dire aussi que dans le camp d'en face , le dernier rempart s'acquitta parfaitement de sa tâche en suppléant plusieurs fois loin de sa ligne une défense malmenée par la vitesse de l'attaque locale au sein de laquelle Yaya avait retrouvé sa place après une longue période de blessure .  Il ne put toutefois rien sur l'ouverture du score dacquoise . A la 32 ème minute , sur son coté droit , Hamon beaucoup plus efficace quand il est concentré , adressait une passe millimétrée dans l'espace au jeune Escarpit - notre photo - .DAX PESSAC 005 Plein de sang froid , le minot jadiste se débarrassait du gardien par un dribble maîtrisé et n'avait plus qu'à pousser le ballon dans les buts vides . Le plus dur était fait se disait on dans les tribunes surtout que la défense landaise se montrait elle aussi intraitable dans toutes ses interventions , étouffant toute velléité offensive du camp girondin . Et pourtant , les visiteurs vont revenir au score à la toute derniere minute de jeu de la première période . Sur une action improbable mais de toute beauté : une frappe venue d'ailleurs des 25 mètres qui finit sa course dans la lucarne gauche de Lartigau , totalement impuissant  . L'arbitre siffla alors la fin d'un premier acte agréable , engagé mais sans débordement d'un coté comme de l'autre malgré l'enjeu .

Tout ce qui s'en suivit n'eut malheureusement rien à voir avec ce sport qui nous passionne . Un retour aux vestiaires qui part en sucette comme cela se dit dans le jargon sportif . Les hommes de Destruhaut vont revenir sur le terrain mais les délégués ainsi que le corps arbitral jugeant la sécurité de tous les joueurs mise en danger , décidèrent de ne pas faire reprendre la partie .

Dans des cas comme celui là , seule la commission compétente de la Ligue décidera du résultat final .....

 


Publié dans SPORT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric LAMARQUE 11/04/2013 14:10


Bonjour à tous,


Mon cher Fred, j'aurais cru te voir plus virulent avec les incidents qui ont émaillés le match de samedi. Je ne sais pas si le mot "part en sucette" est bien apropprié en sachant qu'à l'arrivée
il y a match arrêté et les flics se sont déplacés (nous à notre époque ils venaient juste pour dire bonjour). Si je ne m'abuse il y aurait 2 jeunes gens arrêtés. Comment peut on en arriver
la? De quelques mots pour chambrer, on en vient à ce que les délégués fassent arrêter le match (risque de sanctions financières et peut être plus...


En espérant que les grands principes de la J.A.D ne seront pas bafoués et que des sanctions seront prises à l'encontre des principaux intéressés...

FRED 11/04/2013 17:36



Bizarre mais ce phrasé ne m'est pas inconnu ....


Concernant la sucette , il en existe de trés acides ....


Plus sérieusement , les tristes evenements condamnables qui ont suivi la rencontre n'ont rien à voir avec le foot et doivent être classés dans la rubrique des faits divers . C'est pour
cela que je n'ai pas souhaité épiloguer . Il y avait assez de temoins officiels pour que cette affaire soit jugée équitablement .


Quant aux grands principes du club , ils ont été depuis longtemps bafoués ne serait ce que depuis l'exclusion de Max dictée par des methodes qui n'ont rien à voir avec les fondements
d'une justice égalitaire .



moussa 07/04/2013 21:34


La bêtise n 'est pas propre à une ville ou un pays mais plus à des êtresmais tu as raison la violence peut être verbale .       moussa

Bernard 07/04/2013 20:37


La violence des mots est parfois la plus forte. J'ai été choqué hier soir, et aujourd'hui j'ai encore plus honte d'être dacquois :-(

FRED 08/04/2013 13:28



Attention , étant placé au milieu des invectives pendant la première période , je n'ai entendu à aucun moment des mots à connotation raciste .Que des paroles pour chambrer comme on n'en
attend autour de tous les terrains du genre " t'es pas bon " " t'avance pas" etc... Des mots bien sûr regrettables trés mal perçus par l'interressé , ce qui a  entrainé les tristes
evénements qui ont suivi .


Par contre  , j'ai sincerement regretté que les 2 caochs ne fassent pas sortir les deux joueurs qui se sont chauffés toute la première période et qui incontestablement ont fait
monter la pression . Je pense qu'un passage sur le banc des remplaçants aurait calmé tout le monde .   C'est mon avis ainsi que celui de beaucoup que j'ai croisés
dimanche 



moussa 07/04/2013 19:42


Quel dommage pour le football cette violence gratuite autour des stades.   moussa

FRED 08/04/2013 13:05



Ce n'est malheureusement que le reflet de notre société .