LES DIEUX SONT TOMBÉS SUR LA TÊTE

Publié le par FRED

Lors de l'assemblée générale de la ligue d'Aquitaine du 25 Juin dernier , le président de la LFA Joel Léonard a été révoqué par une large majorité des club régionaux . C'est aujourd'hui au tour de Michel Larraba , président du district des Landes , de donner sa démission, avec effet immédiat, de toutes ses fonctions officielles, départementales, régionales et nationales .

Nous les petites gens du football amateur sommes abasourdis par ces querelles et décisions dont nous n'appréhendons ni les tenants , ni les aboutissants .

Du rififi au sein d'instances dirigeantes serait il devenu une mode dans nos institutions ?

En tout cas , cette actualité peu reluisante du football aquitain ne va certainement pas auprès des jeunes redorer le blason quelque peu terni d'un sport qui a vocation première à être populaire et qui doit avant tout servir à véhiculer des valeurs comme la tolérance .

Toutefois , si quelqu'un peut nous apporter des explications claires et précises à cette crise sans précédent , nous sommes bien évidemment preneurs ....

Publié dans SPORT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

moussa 10/07/2011 22:14



Tu as raison le football n ' a pas besoin de toutes ces querelles . Je regrette la démission de Michel Larraba et la mise a l ' écart de Joel Leonard pour tout ce que ces deux hommes ont
apportés au football Landais voir Aquitain , j ' espére que la saison prochaine nous réserve de meilleurs nouvelles et que le football retrouve enfin des valeurs plus humaines .  
Moussa



FRED 11/07/2011 19:45



Moi qui pensais que le foot était rassembleur !!!!!!!


Je vais bien sûr dans ton sens en souhaitant que tous reviennent aux vrais valeurs que doit véhiculer ce sport , valeurs comme le respect , la convivialité , etc... qui ont encadré
pendant de trés nombreuses saisons le déroulement de ma vie .


C'est dons pourquoi hier , aujourd'hui et demain je me battrais contre ces politiques dévastatrices qui privilégient le bien personnel avant le bien collectif .