J'EN SUIS TOMBÉ SUR LE CUL !!!!!!!

Publié le par FRED

Les clubs de Ligue 1 ne versent pas que d'imposants salaires à leurs joueurs. Ils leur octroient également d'importantes primes de match. Equipe par équipe, découvrez ce que touche chaque joueur en cas de victoire ou de match nul en championnat cette saison.

La charte du footballeur professionnel l'exige : en cas de victoire, un joueur doit percevoir 318 euros, et 190 euros pour un match nul. Aujourd'hui, force est de constater que les clubs versent à leurs joueurs des primes de match bien supérieur. Au Paris Saint-Germain par exemple, la victoire rapporte 3.000 euros, et le match nul 1.000 euros, révèle France Football ce mardi. A Rennes, les trois points ne valent que 1.200 euros, pouvant aller jusqu'à 3.000 euros également en cas de quatrième victoire consécutive. L'Olympique de Marseille dénote de son côté : comme on vous l'indiquait en début de saison, la victoire à domicile rapporte plus que la victoire à l'extérieur (2.500 euros contre 2.000 euros).

A Lille, où le barème des primes est exponentiel, la série de sept victoires consécutives en championnat a rapporté 41.000 euros à chaque joueur (soit 5800 euros par match !), tout du moins ceux ayant participé à chaque rencontre. A Lyon et à Toulouse en revanche, il n'y a pas de prime fixe. Ce sont les deux présidents, Jean-Michel Aulas et Olivier Sadran, qui versent selon leur bon vouloir. Les coupes rapportent également. Pour la qualification pour la finale de la Coupe de la Ligue à Toulouse la semaine dernière, les Marseillais ont chacun perçu un joli chèque de 10.000 euros.

Outre ces primes de match, les clubs versent aussi à leurs joueurs des primes de fin de saison en fonction du classement. Le barème est parfois établi à l'avance. A Lorient par exemple, si le club termine dans les 10 premiers, chaque titulaire recevra 70.000 euros. S'ils terminent dans les 12 premiers, les Lensois se partageront eux 1 million d'euros. En cas de titre de champions de France cette saison, les Lyonnais recevront chacun 500.000 euros. Les clubs sont aujourd'hui divisés au sujet des primes de match. «Je ne trouve pas ça normal, juge le président bordelais Jean-Louis Triaud. Les joueurs ne font que leur boulot en gagnant des matchs. Pourquoi leur donner de l'argent en plus ? (…) Entre 2003 et 2005, j'ai décidé de supprimer les primes. Pendant ces deux saisons, on a fini 12e, puis 15e ! Je ne sais pas s'il y a un lien…»

De son côté, Louis Nicollin défend ce système dans des propos reportés par France Football : «Imaginez qu'on termine dans les 10 premiers, alors qu'on avait prévu de finir 17e. C'est normal que les joueurs en profitent, estime le président de Montpellier, qui n'hésite pas depuis le début de saison à doubler, tripler voire quadrupler les primes, comme ce fut le cas lors de la victoire à domicile face à l'OM (2-0). Chez nous, une prime de victoire s'élève à 1.500 euros. Mais comme les salaires sont très raisonnables, finalement, ça fait un bon équilibre.» A l'étranger, certains clubs octroient eux aussi des primes de match à leurs joueurs. Et parfois bien supérieures à celles des formations françaises. A Arsenal, la victoire rapporte ainsi entre 20.000 et 25.000 euros, au Benfica Lisbonne, 18.000 euros. A l'inverse, l'Inter Milan, le Milan AC, le FC Barcelone ou encore le Real Madrid ne versent pas de primes de match. Mais chez les Merengue par exemple, le doublé championnat-Ligue des Champions pourrait rapporter 1,1 million d'euros à chaque joueur.

Exemples de primes versées par les clubs de ligue 1 :

(Ces primes ont été fixées avant le début du championnat. Elles varient dans chaque club au fil de la saison en fonction des résultats. Certains clubs, comme Lille et Saint-Etienne, augmentent également leurs primes exponentiellement en cas de série de victoires. Les Lyonnais et les Toulousains ne reçoivent eux pas de primes fixes)


Auxerre
:
1.700 euros la victoire, 700 euros le nul.

Bordeaux : 2.500 euros la victoire, 1.250 euros le nul.

Boulogne : 1.500 euros la victoire à domicile, 1.800 euros à l'extérieur, 500 euros le nul.

Grenoble : 1.800 euros la victoire, 600 euros le nul.

Le Mans : 1.500 euros la victoire, 750 euros le nul.

Lens : 1.800 euros la victoire, 800 euros le nul à domicile, 1.000 euros à l'extérieur.

Lille : 2.500 euros la victoire.

Lorient : 1.800 euros la victoire, 600 euros le nul.

Lyon : il n'y a pas de prime fixe. Seuls les titres sont récompensés. Le président Aulas accorde cependant en de rares occasions des primes importantes (la prime pour la victoire 3-1 à Marseille en championnat la saison dernière était ainsi de 7.500 euros).

Marseille : 2.500 euros la victoire à domicile, 2.000 euros à l'extérieur.

Monaco : 2.000 euros la victoire à domicile, 2.250 euros à l'extérieur.

Montpellier : 1.500 euros la victoire, 300 euros le nul à domicile, 400 euros à l'extérieur.

Nancy : 2.000 euros la victoire, 700 euros le nul.

Nice : 2.000 euros la victoire, 700 euros le nul.

Paris Saint-Germain : 3.000 euros la victoire, 1.000 euros le nul.

Rennes : 1.200 euros la victoire.

Saint-Etienne : 2.000 euros la victoire, 1.000 euros le nul.

Sochaux : 2.000 euros la victoire, 600 euros le nul.

source : MAXIFOOT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

Et quand ils perdent, les joueurs ne reversent pas une partie au club ? Non ?... dommage ! Pourtant selon le raisonnement de cet article, ce serait logique. Je trouve tout ça vraiment scandaleux !
Tout cet étalage de fric pollue le foot. Il serait temps de revenir à de vraies valeurs. Ouais, vraiment, c'est écoeurant !


Répondre
?

ET A LA JADAX ??????


Répondre
F

Le sujet est tabou à Dax : certainement que l'argent distribué ( par différents moyens .....) doit être de l'argent privé .......