EN APOTHEOSE .

Publié le par FRED

EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
EN APOTHEOSE .
  • ST PAUL SPORTS              4
  • TARNOS                               0
Une finale , çà ne se joue pas , çà se gagne …..et cette évidence , les porte-drapeaux du grand Dax l'ont appliquée à la lettre . En effet , à la fin du premier acte , ils avaient pris le large au tableau d'affichage en marquant trop fois . Mieux encore , ils ouvrirent le score dès la première minute par l'intermédiaire de Lucas Perez , imité au quart d'heure de jeu par Florian Ducasse . Simon Rouel s'invita lui aussi dans la danse en inscrivant un troisième but avant la pause , à la 35ème minute plus précisément . Quatre occases et trois buts pour le camp saint paulois , quelle leçon d'efficacité face à des tarnosiens qui par contre manquèrent de justesse dans leurs derniers gestes ! Il est vrai aussi que le secteur défensif bleu et blanc , axé autour de "Captain Duche" imperial à son poste , se montra très solide tout au long de la partie .
Forts de cet avantage conséquent , les hommes de Willy Betancourt se permirent de gérer sans trop de difficulté la deuxième période . Ils enfoncèrent même le clou définitivement à l'heure de jeu sur une frappe dont a le secret Iban Zugasti consecutive à un coup franc excentré coté gauche . 
Deux trophées ramenés à la maison en trois saisons , pas mal quand même vous ne trouvez pas ? Après la remise de la coupe , la soirée s'annonçait "chaude" du coté de la plaine des sports …..
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kiki 17/06/2019 21:34

exceptionnel à tous les étages.
exceptionnel les résultats sportif chez les séniors malgré un coatching contesté tout au long de la saison. bravo à ceux qui ont porté le maillot . Exceptionnel aussi chez les dirigeants st paulois qui sur le plan de la gestion des hommes par leurs décisions et leur communication ont laissé quelques fidèles supporters dans la perplexité pour ne pas dire dans l'incompréhension .S'il est possible d'apprendre de ses erreurs alors la saison prochaine sera belle .Le vent du changement s'est levé sur la plaine mais la manœuvre de la voilure ne peut se satisfaire d'à peu prés . Bon vent à tous